Sur les couleurs et l'emblème martiniquais

Éléments historiques et questions actuelles

Intervention de Georges DRU, militant culturel, le 10 juillet 2016, au Cénacle, lors du Festival culturel de la Ville de Fort-de-France (revue et précisée suite aux éléments intervenus dans le débat ou depuis)


 

 

Bonsoir à toutes et à tous.

Je remercie la Direction du Festival culturel, le  SERMAC et sa directrice Lydie BÉTIS ainsi que la Ville de Fort-de-France, pour leur invitation et l’opportunité ainsi créée d’aborder ce sujet.

Remerciements à vous tous pour votre intérêt pour la question et votre présence. 

 

Cet exposé s’appuie notamment sur les témoignages et/ou documents écrits ou iconographiques de Victor LESSORT, Alex FERDINAND, Rodolphe DÉSIRÉ, Garcin MALSA, grands témoins, qu’il nous faut remercier.

Il y a aussi les témoignages ou documents de militants ou responsables du PPM, des CNCP, du PALIMA, du MLNM, du MIM, des associations du quartier BÒKANNAL, de la MAIRIE SPORTIVE, du BUREAU DES ETUDIANTS DE L’IFMES, de l’AGEM, de COORDINATION LAWWONN BÈLÈ, de KANNIGWÉ, de l’AM4, d'ARTISTES.

Il y a le documentaire de Joslen JONAZ qu’il faut voir absolument. Il y a également l'article de Zander Ulrike, "Le drapeau rouge-vert-noir en Martinique : un emblème national ?", dans Autrepart n° 42 de février 2007.

Et puis, on ne saurait passer sous silence l’article d’Alain ANSELIN « La rouge et la noire - Le paradigme du pouvoir » dans la revue Carbet n°8 « Sciences et civilisations africaines - Hommage à Cheikk Anta DIOP, 1989). D’autres sources ont été utilisées (témoignages, médias…) que nous citerons au fur et à mesure de leur utilisation.

 

Les couleurs sont des signes conventionnels (parfois mais pas toujours associées en drapeau, pavillon, étendard), et investis d’une charge symbolique par un groupe ou une communauté. Un emblème est un signe conventionnel, une figure symbolique (un idéogramme, une couleur, une forme, un animal ou autre signe) destiné à représenter une idée, un être physique ou moral, l'appartenance à un groupe, une idéologie politique ou religieuse, ou encore un métier. Un drapeau  est un emblème. Un drapeau est une pièce d’étoffe attachée à une hampe, qui représente la « personne morale » d'un groupe ou d'une communauté : un Etat, une nation, une province, une ville, une compagnie commerciale ou d'armement, une unité militaire, une organisation ; il peut servir aussi à donner un signal (le drapeau blanc)...

« Bleu-blanc-rouge », « pavillon aux quatre serpents », « rouge-noir », « drapeau colonialiste », « emblème esclavagiste », « drapeau nationaliste », « drapo lézendépandantis » « drapo Malsa »… Autant de questions, d’expressions et de représentations qui traduisent le fait qu’avec la montée des idées d’identité depuis les années 1960, la question des couleurs et de l’emblème, comme marqueurs symboliques de l’existence martiniquaise, émerge progressivement.

 Aujourd’hui, il nous semble important et opportun d’échanger et de partager certains éléments historiques qui puissent permettre de mieux comprendre les aspects culturels et politiques de cette question, s’interroger sur son actualité et ses perspectives.